Le château de Loches

Élevé au XIe siècle, le donjon de foulques Nerra, comte d’Anjou, domine du haut de ses trente-sept mètres la véritable cité qu’est devenu le château de Loches, sis sur le cours de l’Indre , à mi-chemin entre Tours et Châteauroux. Les successeurs de Foulques Nerra n’ont eu cesse, en effet, de transformer et d’enrichir cette forteresse, renforçant sa vocation défensive sans pour autant négliger le confort de son accueil.

Lorsqu’il prend Mathilde de Normandie pour épouse, le 17 juin 1128, au Mans, le propriétaire du château de Loches, Geoffroy Plantagenêt, en dépit de ses quinze ans, ne peut ignorer qu’il lie alors son destin avec l’un des meilleurs partis d’Europe.

Seigneur d’Anjou, de Touraine et du Maine, Geoffroy , en contractant cette union avec la fille unique du roi d’Angleterre, obtient un droit sur cette Couronne d’Outre-Manche, que ceindront en effet son fils et ses descendants de la dynastie des Plantagenêts. Cette puissance nouvelle de la maison angevine ne pouvait cependant manquer de susciter la défiance des rois de France, qui n’auront de cesse de demander les possessions continentales des Plantagenêts.

Une forteresse disputée

Au cœur de cette rivalité franco-anglaise; me château de Loches fera l’objet d’une lutte obstinée , qui le placera tantôt dans un camp, tantôt dans l’autre. En 1189, Richard Cœur de Lion, fils du roi d’Angleterre  Henri II Plantagenêt, entame le premier d’une longue série de sièges devant les remparts de  Loches, qui appartient alors à son propre père.

Pour mener à bien cette entreprise, il s’allie avec le roi de France, Philippe Auguste. Cette alliance ne résistera cependant pas à la disparition d’Henri II et à l’avènement de Richard au trône d’Angleterre. En effet, en 1193, Philippe Auguste profite de l’absence de son ancien allié, alors retenu en captivité en Allemagne, pour s’emparer de Loches. Libéré l’année suivante, Richard lavera cependant rapidement cet affront, car il ne faudra que trois heures à ses soldats pour reprendre la forteresse. En 1205, à l’issue d’un siège qui durera cette fois une année, Philippe Auguste s’empare de nouveau du château, qui demeurera désormais une possession française.

Loches, château royal

Loches témoigne des évolutions de l’architecture militaire et du mode de vie au cours des cinq derniers siècles du Moyen Age.  Son histoire débute au XIe siècle, lorsque Foulques Nerra, comte d’Anjou, hérite une motte féodale, déjà plusieurs fois reconstruit. Il fait édifier le donjon de pierre quadrangulaire; remarquable édifice dont les qualités architecturales ont longtemps fait pense que sa construction avait pris presque deux siècles. Il semble en fait qu’elle ait duré de 1013 à 1035.

Au XIIe siècle, le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt complète le système défensif de Loches.  Vers 1180, un vaste rempart, près de 2 km, doublé d’un fossé sec englobe tout le promontoire. On distingue désormais la basse-cour, accessible par la seule Porte royale, et le donjon, château dans le château. A la mort d’Henri II en 1195, le roi de France Philippe Auguste profite de la détention de Richard Cœur de Lion, pour récupérer Loches en intrigant avec  Jean Sans Terre, le frère de celui-ci.

Sitôt libéré, il suffira de trois heures à Richard pour reprendre Loches. Philippe Auguste devra attendre 1205, c’est-à-dire dix ans, avant de pouvoir réintégrer Loches dans la Couronne de France, qui y restera désormais. Le château devient une prison d’État, que les rois s’efforcent de rendre imprenable. Au XVe siècle, une troisième ceinture de remparts viendra protéger la ville basse.

Refuge de Charles VII et prison sous Louis XI

Durant la guerre de Cent Ans, les Anglais assiègent Loches en vain. Charles VII , qui y réside souvent, bâtit le logis royal et un nouveau donjon sur le rempart, la tour Ronde. C’est là que Jeanne d’Arc, après sa victoire d’Orléans en 1429, viendra l’exhorter à oser le voyage et le sacre à Reims. Charles VII entrera à Paris en 1437, deux ans après la signature du traité d’Arras, qui réconcilie la France et la Bourgogne.

Fils de Charles VII et de Marie d’Anjou, Louis XI fait du château de Loches une sombre prison où il installe ses célèbres cages de fer, les « fillettes « . Parmi les prisonniers qui honorent Loches de leur présence, figurent le chroniquer Philippe de Commynes, le duc de Milan, Ludovic Sforza, protecteur de Léonard de Vinci et, surtout, le ministre de Louis XI, le cardinal de la Balue, lui-même créateur de cet instrument de supplice qu’est la « fillette » .

Loches continuera à servir de prison jusqu’en 1926. Au début du XXe siècle, ce sont d’ailleurs les prisonniers qui, sous les ordres d’un gardien-chef féru d’archéologie, dégagent les souterrains du château.

Le château en dates

Foulques Nerra construit le donjon et son enceinte
Henri Plantagenêt devient roi d’Angleterre : il érige les remparts de la basse cour
Philippe Auguste prend Loches pour Richard Cœur de Lion
Jean sans Terre accepte de rendre Loches à Philippe Auguste
Richard Cœur de Lion reprend la citadelle
après plus d’un de siège, Philippe Auguste reconquiert Loches.
Guerre de Cent Ans
Louis XI convertit la forteresse en prison
Profanation du tombeau d’Agnès Sorel
Restauration et transfert du tombeau d’Agnès Sorel au logis royal