Le château de Chaumont-sur-Loire

Situé à mi-chemin entre Blois et Amboise, Chaumont présente un double visage. À la rudesse féodale des façades extérieures, flanquées de tours massives taillées dans le tuffeau, s’oppose la grâce des bâtiments sur cour, de style gothique flamboyant. Depuis la Loire, la forteresse donne des airs de château Renaissance, annonçant les constructions monumentales qui marqueront le règne de François Ier.

Lorsqu’elle acquiert le château de Chaumont en 1560, Catherine de Médicis n’envisage pas le moins du monde de s’y installer. Après plus de vingt années passées dans l’ombre de sa rivale, Diane de Poitiers, la régente a subtilement préparé sa vengeance.. Depuis un an déjà, le roi Henri II n’est plus; il a été tué accidentellement lors d’un tournoi amical. Non contente d’avoir banni de la cour l’amante adulée, qui vit désormais recluse dans son château d’Anet, Catherine exige la restitution des bijoux de la Couronne. Enfin, dès l’acquisition du château conclue, la reine impose à l’ancienne favorite l’échange de l’imposant édifice contre le délicat château de Chenonceau.

Une possession de la famille d’Amboise

Fondé au Xe siècle par Eudes Ier, comte de Blois, le château passe au XIe siècles à la famille d’Amboise. En 1465, Pierre d’Amboise et son fils Charles prennent part à la ligue du Bien Public, coalition des grands du royaume s’opposant à l’affirmation du pouvoir royal. En représailles, Louis XI ordonne le démantèlement du château.

Mais bientôt la puissante famille d’Amboise rentre en grâce, obtenant de nouvelles charges et l’autorisation de relever l’édifice.Planté sur l’escarpement qui domine le village et la Loire, la nouvelle forteresse est édifiée à partir de 1475. La première phase de travaux qui se poursuit jusqu’à la mort de Charles d’Amboise, en 1471, est marquée par l’édification de l’aile ouest et de l’aile nord, qui sera détruite au XVIIIe siècle.

Les travaux s’interrompent quelques années jusqu’à ce que le cardinal d’Amboise, ministre de Louis XII, en reprenne la direction pour le compte de son neveu, Charles II d’Amboise. Les ailes est et sud, d’aspect moins sévère que les parties anciennes, sont alors édifiées.

Château fort et demeure de plaisance

Le plan du château dessine un quadrilatère flanqué de tours rondes. Marquée par une rudesse féodale que l’on ne retrouve que dans les parties édifiées sous Charles II d’Amboise, l’aile ouest est flanquée d’une grosse tour de défense, la tour d’Amboise, véritable donjon doté de meurtrières et de mâchicoulis. Côté cour, la façade, dépourvue d’éléments à caractère défensif, évoque les manoirs de campagne du Val de Loire. Une galerie de bois permet une circulation indépendante entre les pièces du château, traduisant un souci d’intimité et de confort nouveau à cette époque.

La seconde campagne de travaux, inachevée à la mort de Charles II d’Amboise, que son oncle avait fait nommer lieutenant général pour le roi dans le Milanais, laisse apparaître une légère influence italienne. Si le châtelet d’entrée qui marque l’angle sud-est du château se dote d’attributs défensifs, tel le pont-levis et les tours à meurtrières, les bâtiments élevés entre 1498 et 1510 privilégient le confort et l’agrément.

L’aile sud-est, dotée de larges fenêtres et couronnée par un chemin de ronde, est dédiée à la promenade. De 1560 jusqu’à sa mort, Diane de Poitiers, soucieuse de maintenir l’unité générale au château, poursuit les travaux ininterrompus à la mort de Charles II d’Amboise et fait remanier les façades extérieures.

Une demeure princière

Après la mort de Diane de Poitiers, les propriétaires se succèdent sans apporter de modifications majeures au château. C’est au XVIIIe siècle que l’aile nord est rasée. Cette destruction décidée probablement par Jacques Donatien Le Ray, propriétaire des lieux à partir de 1750, permet une splendide ouverture de la cour sur la Loire.

En 1875, le château est acquis par Marie Say, héritière d’une dynastie d’industriels sucriers, qui épouse la même année le prince Amédée de Broglie. Le château fait l’objet de fastueux aménagements et devient le cadre de fêtes incessantes où rois et maharajas côtoient les plus grandes personnalités de l’époque.

Au début du XXe siècle, des krachs boursiers successifs ruinent les propriétaires. Le domaine, amputé, est acquis par l’État en 1938. Une première campagne de travaux, entreprise entre 1947 et 1948, permet d’éliminer certaines restaurations parfois excessives apportées au cours du XIXe siècle.

Le château en dates

Un château est fondé par Eudes Ier, comte de Blois
Guerre de la ligue du Bien Public : le château est démantelé sur ordre de Louis XI
Première campagne de travaux.
Édification des ailes est et sud.
Mort accidentelle d’Henri II lors d’un tournoi
Catherine de Médicis acquiert Chaumont
Destruction de la façade nord du château
Le château est acquis par la famille de Broglie

Pas de réponses