Le château de Chambord

Durant les premières années de son règne, François Ier fait de Chambord, un ancien rendez-vous de chasse, le plus extraordinaire des châteaux de la Loire. S’il emprunte à l’architecture militaire certains éléments défensifs, ce château immense et féerique, symbole de la magnificence du roi, porte tout entier la marque de la première Renaissance française.
.

En cette journée de l’an 1539, Chambord est en effervescence. François Ier reçoit l’empereur Charles Quint, dont il a épousé en secondes noces la sœur, Éléonore de Habsbourg, neuf ans plus tôt. Il faut meubler et décorer en hâte le château, dépourvu de tout mobilier entre les séjours royaux , pour qu’il soit digne de cet hôte impérial.

Lorsque l’Empereur arrive, accompagné de sa cour, tout est fin prêt. Les compliments de son invité, qui s’émerveillent des tapisseries qui ornent les murs, résonnent comme une douce musique à l’oreille du roi de France. La hache de guerre semble définitivement enterrée entre les deux puissants souverains qui se disputaient naguère le trône du Saint Empire romain germanique. La trêve cependant sera de courte durée puisque, trois ans plus tard, le roi de France et l’Empereur entrent en guerre pour la quatrième fois.

Un roi bâtisseur 

En 1519, le jeune François Ier ne règne que depuis quatre ans, mais déjà il a décidé de faire édifier un château qui symbolisera l’ère nouvelle dans laquelle il entend faire entrer la France.

Ce roi chevalier, qui s’est notamment illustré à Marignan en 1515 à côté de Bayard , est aussi un roi bâtisseur. Il a déjà ordonné des travaux sur le château de Blois, dans lequel il réside souvent avec son épouse Claude de France. Mais c’est sur les terres giboyeuse de Chambord que ce souverain passionné de chasse a décidé de faire construire son nouveau château. Les travaux débutent en septembre.

L’influence de la Renaissance italienne

Des châteaux forts du Moyen âge, Chambord a gardé certaines caractéristiques. Comme les anciennes forteresses, il est entouré d »une enceinte dont les angles sont pourvus d »une tour. Le donjon carré en pierre blanche, est flanqué également de quatre tours.

Cependant , les détails de l’ornementation, les chapiteaux sculptés, les terrasses et les incrustations d »ardoise sont incontestablement inspirés de la Renaissance italienne.
En effet , lorsque débutent les travaux à Chambord, ce mouvement artistique est en train de s »étendre à la France, sous l’impulsion de François Ier qui en est un fervent admirateur. Il a pu en apprécier le raffinement et les valeurs humanistes lors de ses campagnes italiennes qui lui ont permis de reconquérir le Milanais en 1515.

Depuis, il n’a de cesse d »inviter dan son royaume les artistes et savants étrangers , parmi lesquels Léonard de Vinci, le Primatrice et Benvenuto Celluni, dont il se fait le protecteur. Car ce vaillant guerrier est aussi un esprit éclairé, avide de savoir, qui fondera en 1530 le Collège de France.

La cour et ses plaisirs 

François Ier a ardemment souhaité la construction de Chambord, mais il n’y réside que rarement (seulement huit semaines sur 32 ans de règne), à l »occasion de parties de chasse. Celles-ci sont également l »occasion de fêtes somptueuses auxquelles participe la cour toujours plus nombreuse qui suit le roi dans tous ses déplacements.

Le monarque , qui depuis le début de son règne travaille à renforcer l »autorité royale , peut ainsi garder un contrôle constant sur la noblesse. Les festivités , les faveurs qu’il dispense à chacun sont censées faire oublier que le roi gouverne désormais seul justifiant des décisions par un laconique « tel est mon bon plaisir » . Son attitude préfigure l’absolutisme que Louis XIV imposera un siècle plus tard.

Le réveil d’un château endormi 

Lorsque François Ier meurt , le 31 mars 1547 , la construction de Chambord n »est pas encore achevée. Ses successeurs ne s’y rendent que rarement. Il faudra attendre le XVIIe siècle et le règne de Louis XIV pour qu’enfin renaisse le palais endormi. Le Roi soleil aime à chasser, et dans les 5 400 hectares de terres et de forêts environnant le château, le monarque et sa cour s’adonnent sans retenue à leur distraction favorite.

Le roi organise pendant ces parties de chasses des fêtes fastueuses , où le théâtre et la musique sont à l’honneur. au cours d’un séjour royal , en 1669 , Molière donne la première représentation de la comédie-ballet Monsieur de Pourceaugnac, puis l’année suivante, celle du Bourgeois Gentilhomme.

Louis XIV, qui séjournera neuf fois à Chambord, ordonne des travaux de remise en état du château.

Le château en dates

François de Valois devient roi de France sous le nom de François Ier
Début des travaux de construction de Chambord
François Ier est fait prisonnier à Pavie : les travaux de Chambord sont interrompus
François Ier épouse en seconde noces Éléonore de Habsbourg
Édification de l’enceinte basse
Mort de François Ier
règne de Louis XIV.
Chambord, propriété de la famille de Bourbon-Parme est acquis par l’État

Étiquettes :

3 thoughts on “Le château de Chambord

  1. Pingback: Le château d’Amboise | Au Fil de la Loire

  2. Pingback: Le château de Valençay – Au Fil de la Loire

  3. Pingback: Le château de Clos-Lucé – Au Fil de la Loire

Les commentaires sont clos.